Comment bénéficier d’une reprise économique dans l’Union Européenne

On peut voir dans les différents indicateurs le départ d’une reprise en France. C’est en sachant se placer au départ d’un cycle haussier que les gains peuvent être importants.

On a pu entrevoir que les nouvelles sont accueillies sur les marchés positivement avec une hausse depuis quelques temps de l’indice parisien. Par exemple l’indice PMI qui calcule l’activité manufacturière progresse pour la première fois depuis juillet 2011. De plus, des statistiques envisagent un meilleur second semestre. Les pays qui étaient sous les feux de la rampe pour leur mauvaise gestion de la crise commencent à rebondir (Espagne, Italie)

1- La Fed a approuvée la reprise aux Etats-Unis et va réduire ses rachats d’actifs. Les taux d’intérêts devraient remonter dans ce pays. Au contraire en Europe, les taux devraient rester historiquement bas. La conséquence est l’abondance de liquidités pour permettre aux secteurs encore fragilisés de se redresser.

2- La bourse anticipe les mouvements où les sociétés se sont restructurées avec un bénéfice développé. Avant la crise l’indice parisien était en juin 2007 à + de 6100 pts. Septembre 2013 on est à 4000 pts alors que Wall Street à récupéré plus vite ses pertes de la crise.

 Le CAC devraient regagner son retard et attirer les investisseurs à trader cet indice et plus particulièrement les actions sous côtées de l’indice parisien.

3- Du fait de cette crise, des entreprises sont fragilisées et se trouvent la proie des « opéables ». Cette perte de valorisation favorise les fusions-acquisitions.

4- Un autre point qui favorise la relance est l’intérêt pour les valeurs moyennes. Ces compartiments B et C si on c’est les choisir réalisent de meilleurs rendements que les grandes capitalisations. Si à cela on ajoute la future loi des finances qui autorisera de trader ces valeurs dans son PEA cela sera un apport non négligeable de capitaux pour ces sociétés.

5- J’ai évoqué plus haut le nouvel élan de l’économie aux Etats Unis. Les sociétés s’internationalisent de plus en plus et non pas la barrière des frontières. Si ces sociétés investissent le marché américain cumulé avec une légère reprise en Europe cela est coup double pour leur investissement.

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site